vendredi 28 octobre 2011

Dimitri Panayotou expose à Lyon



Un de mes amis Grecs va exposer ses tableaux en France. Je ne résiste pas à lui faire un peu de publicité, tant son travail me plaît.




Il est né au Caire, de parents grecs et a commencé des études de dessin à l'Académie Deloro dans sa ville natale, tout en travaillant auprès du peintre Georges Théoharis. A Paris, il a étudié à l'Académie Julian, puis occupé un poste de graphiste à l'Ambassade américaine.


De retour en Grèce, il a travaillé dans la publicité comme directeur artistique dans de grandes agences internationales. Dans les années 80, il a créé son propre studio, Idéografica Design and Advertising, et a remporté un prix de la Communauté Européenne pour une affiche contre le tabagisme.



Pendant toutes ces années Dimitri a peint en dilettante jusqu'à sa retraite où il a décidé de se consacrer entièrement à la peinture.


Mais le mieux est encore de l'écouter parler de son art : "Je reste émerveillé par le voyage des vibrations dans l'espace-temps. Mon âme s'emplit d'amour et de respect devant le chemin parcouru par le rayon créatif à travers l'obscurité engendrant lumière, couleur, son et enfin forme-matière.


J'ai essayé de visualiser et d'exprimer modestement sur la toile, des moments de ce voyage haut en couleurs que nous appelons notre monde : manifestation de l'esprit dans la matière."

Si vous n'avez pas la chance d'habiter près de Lyon, vous pouvez retrouver d'autres oeuvres de Dimitri sur le site http://www.artactif.com/dimitripanayotou


mardi 25 octobre 2011

Le retiré - Το ρετιρέ


Si à Athènes un "retiré" désigne un appartement situé au dernier étage d'un immeuble,  en retrait par rapport à la façade, dans les îles, le "retiré" désigne souvent une chambre, rajoutée, légalement ou pas, sur le toit en terrasse de l'immeuble.


Serifos


Je me rappelle avoir loué une de ces chambres dans l'île de Fournoi. Le propriétaire en était le directeur de l'école primaire de l'île et il le louait habituellement à l'un ou l'autre des enseignants, envoyé du continent pour assurer l'année scolaire. La douche et les wc étaient à l'extérieur mais la pièce était suffisamment grande pour contenir une petite cuisine et on pouvait y accéder directement par un petit escalier en colimaçon. A cette époque, mon installation en Grèce n'était encore qu'un beau rêve, mais le fait de ne pas être à l'hôtel, ou en pension, me donnait l'impression de l'avoir déjà réalisé. 


Serifos


Depuis j'ai toujours gardé un faible pour ces petits rajouts. 

Si le terme de ρετιρέ utilisé en Grèce vient bien du français, il est amusant de remarquer, qu'en Suisse romande en tout cas, un appartement avec terrasse, situé au dernier étage  se dit "en Attique" !

mercredi 19 octobre 2011

Grève générale

La grève générale a été très suivie aujourd'hui à Nauplie. La grande rue commerçante était désertée, les négoces étant tous  fermés.


Et pourtant c'était jour de marché. Mais les paysans aussi ont de quoi manifester leur opposition aux mesures d'austérité qui sont prises et alors que d'habitude les stands forment un ruban continu d'étals de fruits et de légumes, ce matin, seul un sur quatre ou cinq était présent.



Les affiches appelant à la grève  étaient nombreuses en ville 

  
Elles expriment la volonté de se battre, mais aussi la peur de se voir contraints à fermer leurs magasins, comme tant d'autres ont déjà dû le faire.

Les Naupliotes qui n'étaient pas montés à Athènes pour manifester sur la place Syntagma se sont réunis, en famille, sur la place de la Mairie. 


Un banderole barrait la façade de l'immeuble pour refuser les licenciements dans la fonction publique.


Les enseignants ont également défilé. L'un d'entre eux portait un drapeau noir. Je lui ai demandé ce qu'il signifiait pour lui et il m'a répondu qu'il symbolisait le "deuil de l'indépendance de la Grèce, qui se retrouve, soumise aux diktats de la troïka".


Contrairement à Athènes, il n'y a pas eu de casseurs et les quelques flics qui patrouillaient étaient là pour détourner les  automobilistes des rues que devaient emprunter les manifestants.


Avant de rentrer chez moi, j'ai dû faire le tour de la ville pour trouver mes (nouvelles) cigarettes, car même les peripteros (les kiosques) avaient tiré leur rideau !


lundi 17 octobre 2011

Petite consolation

Ca y est, aujourd'hui, je dois changer de marque de cigarettes. Jusqu'ici, je pouvais succomber aux cigarettes Classic de la fameuse marque Papastratos, mais elles ont définitivement été retirées de la vente et remplacées par les Philip Morris "Quantum indigo".




Ma seule consolation est que je vais les payer 0,20 € moins cher. C'est bien l'unique chose qui baisse de prix ces jours-ci ! 
Il faut dire qu'elles avaient connu une augmentation de 160 % en 5 ans ! De 2 € en 2006, leur prix a  progressivement augmenté à 3,20 € en 2011. 


Alors j'ai une petite pensée pour tous les fumeurs français qui voient leur paquet augmenter de 0,30 € aujourd'hui même. 


J'en profite pour citer une des seules phrases qui m'aient fait rire dans le roman de Davis Sedaris que je suis en train de lire :


"Quand New York a décrété l'interdiction de fumer dans les restaurants, j'ai arrêté de dîner en ville. Quand il a été interdit de fumer sur le lieu de travail, j'ai arrêté de travailler, et quand le prix du paquet est passé à sept dollars, j'ai pris mes cliques et mes claques et suis parti en France."

mercredi 5 octobre 2011

Les barques au repos

Depuis que je voyage en Grèce, j'ai toujours aimé les barques tirées hors de l'eau.


Karathona, Nauplie


Il y a les solitaires


Aghia Kyriaki, Pélion

celles qui vont par deux


Aghios Giorgos, Methana


celles qui ont un air d'orphelines tant elles semblent loin de leur port d'attache


Hydra


celles qui portent toute la nostalgie du grand large, tant il y a longtemps qu'elles n'ont pas été mises à l'eau


Karathona, Nauplie


et puis il y a celles qui se reposent, entre deux saisons de pêche.


Kamini, Hydra

dimanche 2 octobre 2011

Lutter contre le froid en temps de crise


Avec l'augmentation annoncée de 100 % du prix du fuel et de l'électricité, cet hiver les Grecs seront bien inspirés de se rappeler la chanson de Kostas Kofiniotis : "L'hiver est arrivé".




http://www.stixoi.info/